Introduction

La communauté du blog est majoritairement constituée de Parents d'Epitéens et d'Epitéens découvrant l'EPITA après le bac. 
Mais nous connaissons aussi plusieurs dizaines de nos membres qui sont rentrés directement en ING1, par l'admission parallèle. La plus part des Epitéens concernés sont passés par les classes préparatoires classiques. D'autres viennent de la Fac.

La marche à franchir pour intégrer l'EPITA directement en ING1 est très significative, et souvent non comprise avant le début de la fameuse piscine. 
Nous avons travaillé avec l'un des Parents d'Epitéens concernés de la promotion 2019 , qui avait rejoint notre Comité de Rédaction pour échanger librement / largement avec nous. Cela a donné lieu à l'enrichissement de plusieurs de nos articles et nous a clairement montré à quel point l'intégration à l'EPITA était difficile pour de tels profils.

Nous avons ensuite eu l'opportunité de suivre de près plusieurs familles des promotions 2019, 2020 et 2021.

Le présent article est un extrait de nos échanges avec une de ces familles de la 2021. A titre d'illustration pour ce que nous estimons, sur base des très nombreux témoignages reçu, être le cas le plus représentatif de ces admis directement en cycle ingénieur.
 

4 mois d'échanges réguliers, si représentatif de ce que vivent de nombreuses familles

Mi Septembre, les Parents d'Epitéens découvrent notre blog

Suite à un premier échange à l'adhésion à notre petit communauté le Parent d'Epitéen de ce jeune venant de prépa grande école m'écrit :

"Merci beaucoup de tous ces précieux renseignements que je n'arrivais à trouver nulle part ailleurs.

Pour l'instant notre Epitéen a trouvé la première semaine assez passionnante mais les conditions d'encadrement très surprenantes. Mais ce n'est pas l'idée qu'il se faisait d'une école d'ingénieur.
Il a très vite sympathisé avec quelques élèves.

Le cas de votre fille m'intéresse beaucoup car je me demandais , au cas où, s'il y avait des passerelles avec d'autres écoles d'ingénieurs en informatique.

Merci encore d'apporter de la visibilité sur les particularités de cette école.
"
 

Fin septembre, la piscine commence à laisser des traces

Juste 2 semaines plus tard, alors que les étudiants finissent leur piscine et n'ont pas encore découvert les zones les plus stressantes du début de l'ING1, le discours n'est plus tout à fait le même.
Le Parent d'Epitéen nous écrit suite à un message d'encouragement sur la fin de la piscine / de conseils pour le changement de rythme :

"Merci beaucoup pour ce message qui tombe à pic.

Mon fils ne supporte pas trop mal la  piscine, mais il est épuisé et n'envisage pas sa vie d'étudiant ainsi, ça le démotive.
Ce n'est pas une question de difficulté mais de mentalité, et d'épanouissement personnel.

Je lui transmets votre message qui l'aidera peut-être dans ses décisions. 

Je pense que nous avons fait l'erreur de ne pas suffisamment nous renseigner sur EPITA, mais nous étions loin d'imaginer qu'une école d'ingé pouvait imposer un tel rythme.

Je dis cela, ayant mon père et mes deux frères diplômés d'une des trois meilleurs écoles d'ingénieur de France et ma soeur diplomée de l'ENS
Tous ont eu des années très intensives dans les grandes prépas, mais aucun ne s'est plaint du cursus en Grande Ecole avec école d'application après etc..

Et mon fils n'est pas un paresseux!

J'irai à la réunion le 6 octobre à EPITA pour la présentation du cycle ingénieur aux parents d'Epitéens.
Merci encore de vos renseignements
"
 

Début Novembre, cette famille s'inscrit à notre réunion téléphonique sur le cycle ingénieur

A l'occasion de cette inscription, le Parent d'Epitéen écrit :

"Je suis toujours intéressé pour échanger de vive voix avec d'autres parents d'Epitéens de la promotion de mon fils et de la promotion d'avant.

Mon fils est toujours à Epita,  essaye de se débrouiller pour garder une vie "acceptable", et verra ce que ça donne...

Pour l'instant , il faut de toute façon finir l'année, sans la perdre... En vous remerciant de votre message et de l'aide apportée par votre blog , cela lui permet "d'optimiser" ses efforts."

Mi Novembre, juste après notre réunion d'échange

Mi Novembre est une période clef pour les ING1. La fatigue est très présente, les doutes par manque de retours pédagogiques nombreux, et la peur de mauvaises notes sur les projets très réelle pour la majorité des étudiants.

C'est aussi depuis trois ans la date choisie sur le blog pour faire un échange entre Parents d'Epitéens d'ING1 autour de nos articles mais aussi des témoignages d'anciens et de Parents de la promotion juste avant.
Cela a permis en Novembre 2018 à de nombreux Parents d'Epitéens delp a promo 2021 de mieux comprendre ce que vivent / ce qui attend leurs étudiants, cela donne souvent des messages de témoignages assez riche. Il est en effet important de comprendre ce qui est "normal" et "anormal" mais aussi "acceptable" / "pas acceptable" pour chacun.

Le message de notre famille était à la fois riche et clair :

"Un grand merci pour l'organisation et l'animation cette rencontre téléphonique, à vous et à tous les intervenants. Nous avons trouvé mon mari et moi ce système très intéressant, et la réunion nous a beaucoup apporté à tous les deux. Les différents points de vue permettent effectivement d'avoir une vision élargie sur cette école, et de nous imprégner de son fonctionnement.

Nous avons trouvé l'esprit général de ces échanges apaisants, bienveillant et constructif.

Nous pensons que cette démarche peut être très utile à beaucoup de parents, qui doivent être nombreux à se poser beaucoup de questions sur le cas de cette école.

Pour ce qui concerne notre cas en particulier, notre Epitéen de toute façon finira son année, appliquant en partie ses propres règles de travail et de sommeil, mais il est plutôt dans l'état d'esprit de positiver le plus possible son année, et déjà assez fasciné par tout ce qu'il a pu apprendre en un temps relativement court. J'ai même le sentiment qu'il commence à prendre goût à la réalisation des projets puisqu'il a même qualifié de "fun" le dernier rush...

Il reste toujours dans l'optique de changer d'école n'ayant pas envie de passer sa vie ni ses études à faire du codage. Dans ce sens les renseignements que vous avez pu nous donner concernant l' EFREI nous ont beaucoup intéressés. Mais sa vision des choses peut évoluer au cours des semaines et mois à venir...

Encore un grand merci pour cette rencontre...
"
 

Et en Janvier le choix semble fait

De très nombreux abandons en ING1 sont décidés lors du break de Noel. Le fait de sortir la tête de l'eau avec la prise de recul associée est souvent l'occasion de faire un vrai bilan et de se projeter sur les 2,5 années restantes, avec le risque de redoublement partiel ou complet associé aux études du cycle ingénieur EPITA.

Nouveau message de la famille :

"Voici déjà quelques temps que je ne vous ai pas recontacté. Tout d'abord je vous présente tous mes meilleurs vœux, et vous remercie très vivement de l'aide que vous apportez par votre blog que nous suivons toujours.

J'attendais d'avoir plus d'éléments de certitude, mais voici l'évolution du cursus de notre fils à l'EPITA dont je voulais vous faire part.

Il vivait de plus en plus mal le régime de cette école, comme vous le traduisez très bien dans les derniers articles, ne se sentant pas du tout l'âme d'un geek, ni d'un développeur exclusif. En effet le manque d'ouverture sur la formation d'ingénieur informaticien au sens plus large, le réel manque d'encadrement professoral et de retour d'évaluation, lui ont fait plus que douter de sa place dans cette école. Forts de vos conseils, et après avoir bien évalué toutes les possibilités en école d'ingénieurs en informatique, nous avons pris rendez-vous avec le directeur d'EFREI et de leur service des admissions, qui nous ont très bien reçus. Notre fils s'est tout de suite senti beaucoup mieux dans cet environnement où l'encadrement et l'écoute paraissent très largement supérieurs.

Il a donc postulé le plus rapidement possible et a reçu une réponse positive de son admission pour l'année prochaine à EFREI, confirmée à son retour des vacances de Noël.

C'est un immense soulagement pour lui-même et pour nous parents, qui le voyaient très mal embarqué dans cette aventure EPITA. Il va normalement passer ses partiels, car aimerait essayer de valider son premier semestre, et de gagner un bon niveau en informatique pour être à l'aise l'année prochaine à EFREI, l'année ne sera pas perdue.

Nous sommes très reconnaissants de vos conseils, sans lesquels je pense que nous n'aurions peut-être pas osé faire toutes ces démarches.
"
 

Fin janvier, un petit message de synthèse

En réponse à ce dernier mail, je fais quelques recommandations rapides, prenant les deux exemples que nous avions partagé lors de notre réunion téléphonique sur l'année d'ING1, et je leur demande un petit retour d'expérience global :
 
"À nouveau merci pour vos conseils. Notre fils tient à continuer son année d'ING1 à son rythme car il pense pouvoir apprendre encore pour lui, de son plein gré ce qui change la perspective. Après il envisage de partir à l’étranger pour améliorer son niveau en anglais, d’autant qu’il n’a pas eu beaucoup l’occasion de partir jusqu’à présent et c’est ce que le directeur d’EFREI lui a conseillé. Mais il restera à l’école tant qu’il ne sera pas parti, pour tirer le meilleur bénéfice de cette année.

Je ne me fais pas de soucis pour sa détermination.

Bien sûr vous pouvez utiliser mon mail, du moment que c’est anonyme.

Après pour ce qui concerne les conseils et commentaires, nous regrettons vraiment que la présentation et la communication de l’Ecole Epita soit si éloignées de la réalité, et qu’il soit si difficile d’avoir une idée objective de l’école que finalement nous n’avons trouvée que sur votre blog.

Cette école ne convenait pas du tout au profil de notre fils, mais nous avons un ami qui sort de cette école et qui ne regrette rien, avec un cursus professionnel très brillant dans la création d’une boite spécialisée dans la sécurité informatique.

Le tout est de savoir au moins à peu près où on met les pieds...
"